decoration decoration decoration
decoration
leaf leaf leaf leaf leaf
decoration decoration

Installation dans le Puy de Dôme

Et voilà, nous y sommes…

Nous sommes désormais à Cros au cœur de l’Artense, dans un petit hameau au milieu des champs. Le nom de l’exploitation change aussi, nous avons choisi l’agneau des bruyères, en référence avec les landes à bruyères que nous allons pâturer. Nous sommes venus ici sur la sollicitation de la communauté de communes qui, en relation avec le Maire, avait une proposition d’installer un jeune sur des friches sectionales.
Il y a donc 4 mois, le projet s’est petit à petit mis en place. Il est bien entendu, malgré la sollicitation et la volonté de la communauté de communes qui n’avait pas réfléchi à ces choses là, qu’il est techniquement très difficile -voire impossible- de s’installer sur des friches. Que ce soit en terme de ressources, mais également en terme de subventions, ces terres n’étant pas éligibles à la PAC (pour information, nous sommes payés par les subventions et non par les ventes, sinon, faudrait vendre la viande 3 fois plus chère). Et bien évidemment les frais de réhabilitation et de défrichement sont à notre charge. De plus, pour couronner le tout, ces friches ont un statut bien particulier, qui fait qu’il est très complexe d’avoir un bail à long terme dessus. Un bail à long terme étant obligatoire pour avoir les aides à l’installation… on nous avait bien averti en décembre, mais je ne pensais pas que 4 mois après, nous en serions au même point. On espérait au moins que les collectivités assument de nous proposer ce projet, en étant un peu plus sérieux et en nous épargnant les « guerres » de gestion des terres… mais on a plus l’impression de servir d’alibi pour justifier des changements favorables aux agriculteurs de la commune qu’autre chose.

Nous avons donc pris conscience petit à petit de la difficulté de cette installation, et du fait qu’il faille qu’on se débrouille par nous-même si on veut y arriver…

Nous sommes en parallèle en recherche de terres privées. On cumule pas mal d’inconvénients pour les gens d’ici : on est pas d’ici, ce qui nous a fermé plusieurs pistes juste à cause de cet argument, on a un projet en brebis alors qu’ici il y a énormément de vaches, on veut vendre en vente directe, un petit troupeau, et on ne veut pas reprendre de fermes (bien trop chères). Mais en contrepartie, on a une volonté énorme et une motivation qui nous a aidée à franchir les obstacles.

Voilà ou nous en sommes. Nous avons nos 7 petites brebis que nous allons mettre au printemps sur un superbe terrain de 5000m2 gentiment prêté par des personnes très sympathiques que nous avons rencontrées lors de notre première venue à Cros, et qui tiennent des chambres d’hôtes sur la commune.

Nous devrions a priori avoir 10 ha de plus, l’an prochain, pour y mettre nos premières agnelles au printemps. L’acquisition de terres se fera au compte-goutte, au fil des années. A terme, nous prévoyons d’avoir 150 brebis si nous demandons les aides DJA (il faut prévoir un SMIC à la 5ème année pour pouvoir y prétendre), ou moins, si nous n’avons pas accès aux aides à cause de l’installation trop progressive pour l’administration.

La situation est complexe, mais c’est un projet de vie. Il est certain qu’on ne se lance pas dans un tel projet pour devenir riche, quoique, la richesse est ailleurs ici. Le calme, les oiseaux, la terre, nos animaux… tout ça est une forme de richesse ! L’essentiel étant bien sur d’avoir des animaux en bonne santé en premier lieu, et qu’on ne mange pas que des patates même si on adore ça !

Nous sommes donc déterminés à continuer dans cette voie. Nous proposerons en théorie des agneaux à la vente à partir de l’été 2015. Merci à tous ceux qui croient en notre projet et qui nous soutiennent, c’est essentiel pour nous !

 

 

 

COMMENTS (2)
  • lafermedepicsetpiques   /   15 mai 2016., 20 h 26 min

    une belle histoire qui ressemble à la notre...nous aussi on avait été tenté un temps par les black face mais on s'est vite résigné de peur de ne pas en trouver et l'idée de traverser la manche ne nous a pas effleurée (pourtant nous ne sommes pas pauvre en idée folle non plus) bonne continuation et peut etre à bientot..

  • KarineA   /   25 juillet 2016., 11 h 41 min

    Bonjour, je viens jute de voir votre commentaire, merci beaucoup ! Bonne continuation à vous aussi :)

loading
×